5 idées reçues sur l’Accord de Paris [id]

1 - L’Accord de Paris est mauvais pour l’économie : FAUX

La transition vers une économie plus verte crée des nouveaux emplois, locaux et durables, et dynamise tous les secteurs de l’économie. Selon l’OCDE, l’action en faveur du climat pourrait accroitre le PIB des pays du G20 de 2.8% d’ici 2050. Les emplois du secteur des énergies renouvelables ont crû de 8,3 à 9,98 millions en 2016.

2 - Seuls les pays riches font des efforts dans l’Accord de Paris : FAUX

L’Accord de Paris est un accord équilibré et flexible, construit pour que tous les pays puissent s’y engager de manière équitable. Des grands pays émergents, comme la Chine et l’Inde, ont pris des engagements nationaux ambitieux pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et pour s’adapter à ses effets. La Chine est d’ores et déjà en voie de dépasser ses engagements de 2015.

3 - L’Accord de Paris porte atteinte à la souveraineté des Etats : FAUX

L’accord permet à chaque pays de décider librement de ses engagements nationaux pour le climat, dans la perspective de respecter les objectifs de l’accord. Les engagements pris par chaque pays dans le cadre de l’Accord de Paris sont décidés au niveau national, sans aucune contrainte imposée par l’Accord de Paris.

4 - L’Accord de Paris n’est pas juridiquement contraignant : FAUX

L’Accord de Paris est un traité international qui s’inscrit dans le droit national de chaque pays qui l’a ratifié. Il institue des obligations pour les Etats parties parmi lesquelles : obligation d’accroître son effort au fil du temps ; obligations de clarté et de transparence sur la présentation et la réalisation de cet effort.

5 - Les pays développés seront les seuls à contribuer financièrement pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris : FAUX

Tous les pays peuvent contribuer financièrement à la mise en œuvre de l’Accord de Paris, soit par le les fonds multilatéraux, comme le Fonds vert pour le climat, soit par des aides financières bilatérales. Plusieurs pays en développement ont par ailleurs contribué au Fonds vert, comme le Chili, la Colombie et le Mexique. Par ailleurs, la Chine a annoncé 3 milliards via un fonds de coopération Sud-Sud.

Dernière modification : 05/06/2017

Haut de page