L’Appel de Christchurch pour agir contre le terrorisme et l’extrémisme violent en ligne [id]

15 mars 2019, il y a deux mois jour pour jour, un attentat commis dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande tuait 51 personnes et en blessait 39. Semant la terreur, l’auteur de l’attaque a diffusé en direct son crime sur le réseau social Facebook pendant près de 17 minutes. Des vies ont été volées, brisées, sous le regard impuissant de milliers d’internautes. La vidéo a été partagée des centaines de fois, y compris sur d’autres plateformes comme Youtube, et ce malgré les mesures prises pour mettre fin à sa diffusion.

Cet attentat a montré qu’Internet était devenu un terrain d’action et de propagande privilégié pour les terroristes. Accepter qu’Internet leur serve d’outil de propagation de la terreur, c’est menacer la sécurité de nos citoyens. Un sursaut de l’ensemble des acteurs – États, gouvernements et entreprises du numérique – était nécessaire pour ne plus simplement réagir aux attaques, mais pour agir et anticiper les menaces sur Internet.

JPEG

15 mai 2019, à l’initiative du Président de la République Emmanuel Macron, et de la Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, 10 chefs d’État et de gouvernement ainsi que des dirigeants d’entreprises et d’organisations du numérique, tous prêts à agir, se sont réunis à Paris. Ensemble, ils lancent une initiative collective inédite : l’Appel de Christchurch pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent en ligne.

Photo : REUTERS/Philippe Wojazer - JPEG

L’Appel de Christchurch engage, pour la première fois, les gouvernements et les grands acteurs du numérique à prendre une série de mesures concrètes pour éliminer les contenus terroristes et extrémistes en ligne et mettre fin à l’instrumentalisation d’Internet par des terroristes. Il repose sur une conviction :

  • Un Internet ouvert, libre et sûr, nous offre des bénéfices extraordinaires, mais liberté d’expression ne veut pas dire liberté de terroriser.

Retrouvez la conférence de presse du Président Emmanuel Macron et de la Première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern :


Lire le texte de l’Appel de Christchurch :

Le soutien des participants à la rencontre du 15 mai à Paris à l’Appel de Christchurch est une première étape. D’autres pays, entreprises du numérique, ONG, universitaires et parties prenantes sont maintenant appelés à le rejoindre.

En savoir plus : www.appeldechristchurch.com

Dernière modification : 25/06/2019

Haut de page