L’esprit du 14 juillet anime les relations entre la France et l’Indonésie - Tribune de l’Ambassadeur de France [id]

Cette année, pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’avenue des Champs-Elysées à Paris n’accueillera pas de défilé militaire à l’occasion du 14 juillet. Compte tenu de la situation exceptionnelle, le Président Emmanuel Macron a souhaité que cette fête nationale rende hommage à celles et ceux qui se sont engagés dans la lutte contre le Covid-19, à travers le monde. Par ce choix, la France veut marquer sa solidarité avec les partenaires européens et internationaux affectés par la crise sanitaire.

Or l’Indonésie est un partenaire de tout premier ordre pour la France en Asie du Sud-Est. Nos pays sont unis par des liens d’amitié et depuis 2011 par un partenariat stratégique fondé sur des valeurs communes que sont la démocratie, les droits de l’Homme, la tolérance et le pluralisme au sein de la société, et la conception d’un ordre international sûr, reposant sur le droit, que nous œuvrons aujourd’hui à renforcer.

Face aux défis croissants de la mondialisation, de la paix et de la sécurité - qu’il s’agisse du changement climatique, de la lutte contre le terrorisme, le radicalisme et l’extrémisme, du désarmement, de la non-prolifération des armes de destruction massive ou encore de la santé, nos deux pays reconnaissent le rôle prépondérant joué par les Nations unies et les autres organisations internationales multilatérales.

Dans l’Indopacifique, la France et l’Indonésie promeuvent une même vision d’un espace inclusif et ouvert, dans lequel la France entend contribuer à la stabilité et la croissance régionales en renforçant ses partenariats dans trois secteurs : la coopération maritime, la connectivité et le développement durable (Objectifs de Développement Durable), pleinement en ligne avec les priorités de l’Indonésie et de l’ASEAN, acteur central de l’architecture régionale.

Imprévisible, meurtrière et de longue durée, la crise du Covid-19 nous fait prendre conscience que pour affronter une pandémie, il n’y a de réponse efficace que collective. Il est nécessaire de renforcer le multilatéralisme et la coopération internationale, comme s’y engagent pleinement l’Indonésie et la France, afin de mieux prévenir les prochaines crises et de les surmonter.

C’est un chantier ambitieux et exigeant, qui devra être animé par des valeurs communes. A cet égard, l’esprit du 14 juillet, que nous célébrons en métropole comme sur ses territoires d’outre-mer, peut insuffler cet élan. En 1789, nos ancêtres avaient la conviction que la liberté, l’égalité et la fraternité devaient guider toute l’humanité et que ces idéaux prendraient pleinement sens s’ils s’appliquaient à toutes et à tous, par-delà les frontières. L’universalisme républicain était en marche et l’Histoire a montré que ces valeurs nous unissent, en particulier lors de moments difficiles.

Comme l’a souligné le Président Macron, la situation actuelle nous conduit à devoir nous réinventer, à faire preuve d’audace et de créativité, à défaut desquels le déclin guette. C’est pourquoi la France entreprend la reconstruction, qu’elle soit économique, écologique ou sociale. Elle est appuyée en cela par l’Union Européenne qui a pris également des mesures sans précédent avec en particulier un plan de 540 Mds d’euros. Nous travaillons avec nos partenaires européens sur un fonds de relance ciblé pour soutenir la reprise, qui devrait s’élever à 750 Mds d’euros. A cela s’ajoute un plan de rachat de dettes par la Banque centrale européenne de 1 450 Mds d’euros.

La France a ainsi pris des mesures ambitieuses pour faire face à la crise avec un plan de sauvetage représentant 5 % du PIB et 315 Mds d’euros de garanties pour les entreprises. A cela s’ajoutent des plans sectoriels pour l’aéronautique, l’industrie automobile et le tourisme et un plan de relance qui sera présenté à l’automne par le nouveau gouvernement. L’enjeu est avant tout de préserver l’appareil productif pour permettre un rebond une fois la crise surmontée.

En tant que membres du G20, la France et l’Indonésie travaillent ensemble pour trouver une réponse coordonnée pour relancer l’économie, le commerce et l’investissement déjà mis à mal par la guerre commerciale que se livrent les deux premières économies mondiales.

Les 200 filiales d’entreprises françaises présentes en Indonésie sont restées pendant la crise et vont reprendre leurs investissements. Elles ont beaucoup à offrir dans les nouveaux secteurs de l’après Covid, notamment dans la santé et le numérique. Afin de faciliter la relance, il est plus que jamais nécessaire de poursuivre les négociations entre l’UE et l’Indonésie en vue d’un accord de libre-échange (UE-CEPA).

La France est le troisième bailleur d’aide publique bilatérale de l’Indonésie. Notre banque de développement, l’Agence Française de Développement (AFD) a déjà proposé d’engager 110 M USD pour soutenir l’effort budgétaire indonésien dans la lutte contre le Covid-19, et nous sommes prêts à faire plus en utilisant la diversité de nos outils financiers.

Là encore, l’adaptation sera le maître-mot, dans tous les secteurs. La France, comme l’Indonésie, peuvent se féliciter d’une forte industrie culturelle et d’une scène artistique dynamique. En dépit de la crise sanitaire et de la fermeture au public des 4 Instituts Français et des 2 Alliances Françaises présentes en Indonésie, des centaines d’étudiants indonésiens ont pu profiter de nouveaux cours en ligne mais aussi d’événements culturels comme La Fête de la Musique grâce aux supports numériques.

Par ailleurs, entre le 2 et le 15 novembre prochain dans le cadre des célébrations des 70 ans des relations diplomatiques entre l’Indonésie et la France, le projet « vIDeo//heritage.fr » proposera une ambitieuse exposition multimédia simultanée dans six monuments emblématiques de six villes indonésiennes (Jakarta, Bandung, Yogyakarta, Surabaya, Medan et Ubud). De nombreux vidéastes indonésiens et français collaborent à ce projet dont le lancement est prévu au Museum Konferensi Asia Afrika de Bandung, un lieu historique de la république indonésienne.

Sur le plan éducatif, la première classe bilingue d’Indonésie a accueilli hier ses élèves au lycée Labschool Cibubur. En parallèle du programme scolaire indonésien, les élèves suivront des cours de français ainsi qu’une discipline scientifique enseignée en français. A la fin du lycée, ces élèves seront parfaitement formés pour entreprendre des études scientifiques à l’université, soit en Indonésie, soit en France. Je formule le vœu que de nombreuses autres classes bilingues voient le jour à l’avenir. La France s’est également engagée à soutenir activement le nouveau programme Kampus Merdeka lancé par le ministère de l’Education et de la Culture, qui permet d’offrir aux étudiants indonésiens un enseignement innovant et tourné vers les nouvelles technologies, contribuant ainsi à la réforme du Président Jokowi sur le capital humain.

La richesse des relations entre l’Indonésie et la France s’exerce dans de nombreux autres sujets, que ce soit la recherche scientifique, agronomique ou archéologique, la défense ou encore la sécurité. Cette année, à l’occasion des 70 ans des relations diplomatiques entre l’Indonésie et la France et du nouvel élan donné à notre partenariat stratégique, nos deux pays sont étroitement liés pour relever les défis de notre destin collectif, animés de valeurs communes et par l’esprit universel du 14 juillet. Je suis confiant sur le fait que les bénéfices mutuels seront à la hauteur de nos espérances.

GIF

Olivier Chambard
Ambassadeur de France en Indonésie

Dernière modification : 11/09/2020

Haut de page