La France et l’Indopacifique [id]

Comme l’a réaffirmé le Président de la République le 23 octobre dernier à La Réunion dans son discours exposant la stratégie française dans l’Indopacifique, la France est une puissance riveraine de l’Indopacifique.

Dans cet espace où nous voyons émerger un continuum de crises, de tensions et de trafics, la France se sent pleinement engagée et entend plus que jamais agir en concertation étroite avec tous ses partenaires - ceux qui partagent ses valeurs, qui soutiennent le multilatéralisme et un ordre international fondé sur le droit, et œuvrent à un monde plus sûr car reposant sur une gouvernance mondiale inclusive - pour relever les défis multiples et communs auxquels notre pays comme ceux de l’ASEAN sont confrontés.

Pour la France, l’Indopacifique est une réalité géographique, humaine, stratégique et économique du fait de sa présence dans les deux océans avec ses cinq collectivités et départements d’Outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, la Réunion et Mayotte).

Plus d’un million et demi de ressortissants français y vivent. L’espace maritime cumulé de ces territoires représente environ 11 millions de km², soit plus des deux tiers de la ZEE française, la deuxième au monde, après les Etats-Unis. C’est un espace dans lequel nous entretenons des moyens significatifs qui contribuent à la sécurité régionale. Quelques 8000 personnels de défense sont stationnés dans l’ensemble de la zone, faisant de la France la seule puissance européenne activement présente dans le Pacifique mais aussi dans l’Océan indien.

La France a également des liens économiques importants avec l’Indopacifique, un espace qui concentre aujourd’hui plus de 35% de la richesse mondiale. En 2018, 9,3 % des importations françaises provenaient de la région indopacifique et 10,6 % de ses exportations lui étaient destinées.

La France, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, promeut un espace indopacifique libre, ouvert et inclusif, dans lequel elle entend rechercher des synergies avec les grands acteurs de la région et consolider les coopérations engagées sur les plans politique, stratégique, économique ou encore environnemental.

Dans l’Indopacifique, la France entend contribuer à la paix, la stabilité et la croissance en renforçant ses partenariats dans trois secteurs pleinement en ligne avec les priorités de l’Indonésie et de l’ASEAN (coopération maritime, connectivité, développement durable, économie) :

  • la paix et à la stabilité régionales : l’Indopacifique doit continuer d’être un espace de liberté et de souveraineté respectueuse des uns et des autres. La France y joue pleinement son rôle en encourageant le règlement des crises par le dialogue et l’établissement de mesures de confiance. Elle contribue en lien avec ses partenaires régionaux à la sécurité et la stabilité régionales en luttant contre les trafics (stupéfiants, êtres humains, pêche illégale), la piraterie ainsi que le terrorisme et la radicalisation qui menacent la région ;
  • le développement durable : poursuivre le développement humain sans remettre en cause les richesses naturelles est un enjeu crucial. Le développement d’infrastructures de qualité, qu’elles soient en faveur d’une meilleure connectivité maritime, d’une mobilité urbaine plus efficace ou d’une transition vers les énergies renouvelables, sont essentielles pour assurer un développement sur le long terme. La préservation et la valorisation de la biodiversité, terrestre et aquatique, sont essentielles à la protection de notre planète. La lutte contre le changement climatique est devenue un combat planétaire avec la signature de l’Accord de Paris, ratifié par l’ensemble des pays de l’espace indopacifique. Sur ces sujets, la France apporte son expertise et ses financements. De l’île de la Réunion à l’Indonésie, en passant par l’Inde et le Vietnam, l’Agence française de développement apporte ainsi des financements importants et une expertise internationale pour le développement des énergies renouvelables : solaire, éolien, hydroélectrique... La France contribue aussi au développement durable de l’économie bleue, en particulier en Indonésie où elle finance les initiatives en faveur de la lutte contre la pêche illégale, de l’amélioration des performances des ports maritimes, des capacités de météorologie marine et bientôt de la recherche océanographique et de la gestion des déchets plastiques en mer.
  • la coopération économique : cet axe, étroitement lié à l’agenda de développement durable, vise au développement et à l’amélioration de la connectivité et des infrastructures physiques et numériques, dans une région où les besoins sont immenses. Les entreprises françaises peuvent jouer un rôle important dans la connectivité de la région, notamment dans les domaines du transport maritime, des infrastructures portuaires, aéroportuaires et routières, des télécommunications par satellite et par câbles sous-marins. Leur expérience des concessions et des PPP leur permet de proposer des solutions de financement innovantes. Ce volet économique passe également par le développement de la formation professionnelle/universitaire et de la recherche, contribuant au renforcement du capital humain. En Indonésie, la création d’un centre d’excellence de formation professionnelle dans les domaines de l’électricité, de l’automatisation et des énergies renouvelables, constitue un modèle pionnier de partenariat public-privé et devrait former 500 enseignants et plus de 100 000 élèves d’ici 2022. La France soutient enfin la recherche scientifique de haut niveau et l’innovation technologique, à travers des mécanismes de co-financement durables (programme Nusantara) et près d’une centaine d’accords inter-universitaires pour des programmes de double-diplôme et de la mobilité.

Ces coopérations, qui matérialisent concrètement notre engagement dans l’Indopacifique, s’accompagnent d’une implication accrue dans les organisations régionales : dans l’Océan indien, l’IORA (Indian Ocean Rim Association), dont la France est partenaire depuis 2001, le Forum des garde-côtes asiatiques (HACGAM), où la France vient d’être admise à participer comme observateur pour la première fois cette année ; et l’accord ReCAAP (lutte contre la piraterie) que nous souhaitons rejoindre. Du côté Pacifique, la France est membre du dialogue Post-Forum des Iles du Pacifique depuis 1989, et membre fondateur de la Communauté pacifique (CPS).

L’ASEAN joue à cet égard un rôle central pour la France dans cette stratégie. Notre pays a été l’un des premiers signataires du traité d’amitié et de coopération de Bali. Plus de 150 projets soutenus et 4 milliards d’euros de financements ont déjà été apportés par l’Agence française de développement depuis 2010 pour le développement durable de l’ASEAN. Nous souhaitons désormais aller plus loin et consolider nos liens avec l’ASEAN. En témoignent notre admission comme observateur au sein de l’ASEANAPOL, ainsi que nos candidatures au statut de partenaire de développement de l’ASEAN et d’observateur aux groupes de travail « sécurité maritime » et « opérations de maintien de la paix » de l’ADMM+.

Nos intérêts convergents notamment dans le secteur maritime au sens large, en matière de connectivité et d’infrastructures ou encore de développement durable plaident pour une coopération renforcée entre la France et les pays de l’ASEAN dans le cadre de l’Outlook on the Indo-Pacific fin juin 2019 lors de son 34e sommet.

Les défis auxquels cet espace est aujourd’hui confronté appellent davantage d’action collective, de coopération internationale, de multilatéralisme, ainsi qu’une vision globale, tant les réponses qui peuvent leur être apportées sont interdépendantes. C’est le sens dans lequel s’inscrit la stratégie française dans l’Indopacifique. Dans cet espace fondamental pour la stabilité mondiale, la France et l’Indonésie doivent agir ensemble/.

What France wishes to do in the IndoPacific

As President Emmanuel Macron reaffirmed at Reunion Island on Oct. 23 in his speech setting out the French strategy in the Indo-Pacific, the French Republic is an Indo-Pacific country.

In this space where we can see the emergence of a continuum of crises, tensions and trafficking, France feels fully committed and intends more than ever to act in close cooperation with all its partners — those who share its values, who support multilateralism and law-based international order, and work toward a safer world, based on inclusive global governance — to address the multiple and common challenges that our country and ASEAN members face.

For France, the Indo-Pacific is a geographic, human, strategic and economic reality because of its presence in the two oceans with its five overseas territories — New Caledonia, French Polynesia, Wallis and Futuna, Reunion Island and Mayotte.

More than 1.5 million French citizens live in that area. The cumulative maritime space of these territories represents about 11 million square kilometers, over two-thirds of the French exclusive economic zone, the second-largest in the world after the United States. It is a space in which we maintain a strong military presence that contributes to regional security. Some 8,000 defense personnel are stationed throughout the area, making France the only European power actively present not only in the Pacific but also in the Indian Ocean.

France also has important economic links with the Indo-Pacific, an area that accounts for more than 35 percent of the world’s wealth. In 2018, 9.3 percent of French imports came from the Indo-Pacific region and 10.6 percent of its exports were destined for it.

France, a permanent member of the United Nations Security Council, promotes a free, open and inclusive Indo-Pacific space in which it intends to seek synergy with major players in the region and consolidate political, strategic, economic or even environmental cooperation.

In the Indo-Pacific, France intends to contribute to peace, stability and growth by strengthening its partnerships in three sectors fully in line with the priorities of Indonesia and ASEAN (maritime cooperation, connectivity, sustainable development and economy) :

  • Regional peace and stability : The Indo-Pacific must continue to be an area where the freedom and sovereignty of all countries is respected. France fully plays its role in this area by encouraging crisis resolution through dialogue and the establishment of confidence-building measures. It contributes, in cooperation with its regional partners, to regional security and stability by fighting trafficking in drugs, human beings and illegal fishing, piracy, terrorism and radicalization that threaten the region ;
  • Sustainable development : Pursuing human development without threatening natural resources is a crucial issue. The development of quality infrastructure, whether for better maritime connectivity, more efficient urban mobility or transition to renewable energy, is essential for long-term development. The preservation and enhancement of biodiversity, both terrestrial and aquatic, is essential to protecting our planet. The fight against climate change has become a global struggle with the signing of the Paris Agreement, ratified by all countries of the Indo-Pacific space. On these subjects, France brings its expertise and its financing. From Reunion Island to Indonesia, via India and Vietnam, the French Development Agency provides significant funding and international expertise for the development of renewable energies : solar, wind, hydroelectric. France also contributes to the sustainable development of the blue economy, particularly in Indonesia, where it is financing initiatives to combat illegal fishing, improving the performance of seaports, marine meteorological capabilities and soon ocean research and management of plastic waste at sea.
  • Economic cooperation : This axis, closely linked to the sustainable development agenda, aims to develop and improve connectivity and physical and digital infrastructure in a region where the needs are immense. French companies can play an important role in the connectivity of the region, particularly in maritime transportation, port, airport and road infrastructure, satellite and submarine cable telecommunications. Their experience with concessions and public-private partnerships allow them to offer innovative financing solutions.

This economic aspect also involves the development of vocational and/or university training and research, contributing to the strengthening of human capital. In Indonesia, the creation of a center of excellence for vocational training in the fields of electricity, automation and renewable energy is a pioneering model of public-private partnership and is expected to train 500 teachers and more than 100,000 students by 2022.

Last, France supports high-level scientific research and technological innovation, through sustainable cofinancing mechanisms (Nusantara program) and nearly 100 interuniversity agreements for dual degree and diploma programs.

This cooperation, which concretely materializes our commitment in the Indo-Pacific, is accompanied by increased involvement in regional organizations : in the Indian Ocean, the Indian-Ocean Rim Association, of which France has been a partner country since 2001, the Heads of Asian Coast Guard Agencies Meeting in which France has participated in as an observer for the first time this year ; and the Regional Cooperation Agreement on Combating Piracy and Armed Robbery against Ships in Asia, which we want to join.

On the Pacific side, France has been a member of the Pacific Islands Post-Forum Dialogue since 1989 and founding member of the Pacific Community.

In that respect, ASEAN plays a central role for France in this strategy. Our country was one of the first signatories of the Treaty of Amity and Cooperation signed in Bali. More than 150 projects have been supported and 4 billion euros of funding have already been provided by the French Development Agency since 2010 for the sustainable development of ASEAN.

We now wish further consolidate our ties with ASEAN, as shown by our admission as an observer to the ASEAN Chiefs of National Police (ASEANAPOL), as well as our applications for ASEAN development partner status and observer status at the ASEAN Defense Ministers’ Meeting in the working groups on maritime security and peace-keeping operations.

Our convergent interests, particularly in the maritime sector in the broad sense, in terms of connectivity and infrastructure, and sustainable development, call for closer cooperation between France and ASEAN countries in the framework of the ASEAN Outlook on the Indo-Pacific adopted at the end of June 2019 at its 34th summit.

The challenges facing this space today call for more collective action, international cooperation, multilateralism, as well as a global vision, as the responses that can be given to them are interdependent. This is the meaning of the French strategy in the Indo-Pacific. In this fundamental space for global stability, France and Indonesia must act together.

Dernière modification : 15/01/2020

Haut de page