Mission de l’IRD à Timor-Est : la recherche française continue ses travaux en partenariat avec le SEAC (novembre 2016).

Trois chercheuses, Mmes Dominique Guillaud (IRD, géographe), Laure Emperaire (IRD, ethnobotaniste) et Amandine Péquignot (MNHN, muséologue) se sont rendues à Timor-Est pour un mois de travail de terrain en novembre 2016.

Les premiers travaux de l’IRD à Timor-Est remontent à 2006. Le terrain privilégié de coopération était alors centré sur les arts premiers. Depuis lors, les échanges n’ont pas faibli. Le Secrétariat d’Etat aux Arts et à la Culture (SEAC) est le principal partenaire local.

Les bouleversements historiques récents et la politique gouvernementale actuelle motivent une demande forte de promotion de l’identité du pays. A cet effet, l’objectif général du projet s’articule autour de la participation aux reconstructions patrimoniales de Timor-Est en adéquation avec la demande locale. Les sociétés locales de Timor-Est sont basées sur la reproduction des droits fonciers des différents lignages et clans sur un corpus de savoirs associés à des lieux précis, des « géosymboles ». Ces savoirs, répertoriés par les chercheuses, renseignent sur les espaces à Timor : lieux sacrés à protéger, sites archéologiques, distribution des ressources. La démarche de l’équipe de recherche pourra servir la politique culturelle du pays afin d’articuler une politique de promotion et de préservation du patrimoine identitaire national en conséquence.

L’Institut Français à Timor-Est a renouvelé son soutien à l’IRD pour l’année 2017 sur ce projet. L’équipe de chercheuses revient à Timor en septembre 2017.

Dernière modification : 05/09/2019

Haut de page