Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 [id]

Cent ans après la dernière édition organisée sur le sol français, les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été reviendront à Paris en 2024. Afin de préparer au mieux ce grand rendez-vous, le Gouvernement a présenté, le 15 novembre 2017, un projet de loi relatif à l’organisation des Jeux.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques d’été sont une opportunité majeure pour toute la France, qui pourra une nouvelle fois valoriser son patrimoine, mais aussi l’excellence de son savoir-faire en matière d’organisation de grands événements sur la scène internationale.

Durant les sept années à venir, les Jeux seront un accélérateur d’investissement et une opportunité de faire du sport et de ses valeurs des éléments structurants de la cohésion sociale territoriale et de nos politiques publiques dans de nombreux domaines ainsi qu’un levier de transformation de la société.

Les grands axes du projet de loi
Le projet de loi vise à honorer les engagements souscrits auprès du comité international olympique (CIO) et du comité international paralympique (CIP) en phase de candidature.

Il garantit les conditions d’une préparation optimale et d’une gestion maîtrisée en livrant à bonne date les infrastructures et équipements nécessaires à l’organisation des Jeux. En faisant de la transparence et de l’intégrité un axe important du texte, le projet de loi démontre le volontarisme de la France à promouvoir un nouveau modèle d’organisation responsable et durable des Jeux.

Le projet de loi relatif à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques se structure autour de 4 axes :

1. Respecter les dispositions du contrat de ville-hôte conclu entre la Ville de Paris, le comité national olympique et sportif français (CNOSF) et le CIO : meilleure protection des éléments relevant de la propriété olympique et paralympique, autorisation du pavoisement de symboles olympiques et paralympiques dans l’espace urbain, ou encore reconnaissance au CIO, au CIP et au comité d’organisation des Jeux Olympiques (COJO) de la qualité d’organisateur des Jeux.

2. Adapter les règles d’urbanisme, d’aménagement ou de logement, afin de respecter les échéances relatives à la livraison de l’ensemble des équipements et infrastructures nécessaires à l’organisation des Jeux.

3. Assurer la sécurité des Jeux, en créant des voies réservées au déplacement des services de secours et de sécurité, des délégations et des athlètes participant aux Jeux.

4. Assurer la transparence et l’intégrité, qui constituent un aspect primordial de la réussite des Jeux : transmission des déclarations de patrimoine et d’intérêt des principaux dirigeants du COJO à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, contrôle par la Cour des comptes du fonctionnement des organes de gouvernance des Jeux.

Dernière modification : 14/12/2017

Haut de page