Recherche océanographique en Indonésie : signature d’un MoU entre l’Ifremer, LIPI et l’Agence française de développement

En Indonésie, la connaissance et la gestion des ressources naturelles maritimes sont des éléments essentiels pour le développement du pays. Prenant conscience de cet enjeu, les autorités indonésiennes ont décidé d’inscrire l’amélioration des capacités publiques de recherche océanographique comme une priorité dans le plan de développement quinquennal du pays pour 2015-2019.

JPEG

En lien avec cette priorité, le gouvernement indonésien a sollicité l’appui de l’AFD pour mener une étude et évaluer un projet d’acquisition de moyens de recherche océanographique au profit du LIPI (l’Institut indonésien des sciences). Ce projet comprend l’acquisition d’un à deux navires de recherche océanographique multi-usage et/ou la rénovation d’un bateau existant (Baruna Jaya VIII), mais aussi le renforcement des compétences des équipes des centres de recherche.

Afin d’appuyer cette étude et de préparer au mieux le projet, l’AFD et le LIPI ont fait appel à l’expertise de l’Ifremer, institution en charge de la flotte océanographique française. Un Moderandum of Understanding (MoU) a été signé à Brest le 28 février dernier lors de la visite d’une délégation conduite par le LIPI, associant le Ministère du Plan (Bappenas) et le Ministère des Affaires Marines et des Pêches, le Ministère Coordinateur des Affaires Maritimes. L’objectif de cet accord est d’accompagner le LIPI dans sa réflexion quant modalités de gestion et de financement des programmes de recherche, notamment les coûts opérationnels de la flotte publique.

L’étude, qui a débuté en décembre 2018, devrait s’achever en mai 2019. Emmanuel Baudran, directeur de l’agence AFD à Jakarta, s’est réjoui de cette collaboration : « la gestion durable des ressources naturelles, notamment en milieu marin, est l’une des priorités de l’AFD en Indonésie. Il était important de renforcer le lien entre le LIPI et l’IFREMER, au moment où l’Indonésie cherche à renforcer sa flotte et à développer sa recherche océanographique. »

Dernière modification : 18/03/2019

Haut de page